L’examen du projet de loi « Macron » débute dans l’hémicycle

Le projet de loi pour la Croissance et l’Activité a fait l’objet d’un débat en commission exceptionnellement long, comptabilisant quatre-vingt-quatre heures au total. 1 861 amendements ont été déposés, dont 495 adoptés. Le texte est ainsi passé de 106 articles à 209, couvrant au final 185 pages.

J’ai moi-même défendu plusieurs amendements et je poursuivrai ce travail dans l’hémicycle.

Favorable à la simplification des conditions d’installation des notaires et des huissiers, il faut par ailleurs veiller à préserver l’équilibre de ces professions, condition de l’accès au droit pour l’ensemble des Français.

Pour cela, nous avons notamment modifié en commission spéciale le dispositif de « corridor tarifaire », qui prévoyait la fixation du tarif sous la forme d’une fourchette comportant un maximum et un minimum. Désormais, en dessous d’un seuil déterminé par décret en Conseil d’État, les tarifs sont fixes, le corridor tarifaire étant maintenu au-delà.

La volonté de créer des emplois et de favoriser la concurrence, avec l’ouverture des commerces le dimanche et les mesures relatives à l’urbanisme commercial, ne doit pas se faire au détriment d’une cohésion sociale forte et d’un aménagement du territoire pérenne.

Alors que le projet de loi initial prévoyait que cinq des douze « dimanches du Maire » soient obligatoirement accordés, ce quota impératif a été supprimé en commission spéciale. Il a aussi été précisé que les compensations au travail dominical devront être entre autres salariales. Si je salue ces avancées, je reste mobilisée pour aller plus loin en séance publique. Le travail dominical ne doit pas devenir la norme. 

L’examen en séance publique du projet de loi pour la Croissance et l’Activité s’ouvre aujourd’hui, pour deux semaines consécutives.

Des voeux en musique dans la circonscription

On dit que la musique adoucit les mœurs… Ce sont en tout cas des moments plein d’émotion et de fraternité que j’ai vécu lors des cérémonies de vœux de ce mois de janvier, en compagnie des élus et des habitants de la circonscription. Ce matin par exemple à Ronchin avec un formidable jazz band, cet après-midi à Lille Fives, sur invitation de l’Union commerciale, avec l’orchestre d’harmonie et ses rythmes brésiliens.

Comme chaque année c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai participé à ces cérémonies de vœux dans les communes de la circonscription.

À Hellemmes, à Lille, à Villeneuve-d’Ascq, à Mons en baroeul, à Lezennes, à Ronchin, partout il fut évidemment question des terribles attentats commis à Paris les 7, 8 et 9 janvier. Après le choc et le recueillement, chacun mesure aujourd’hui combien ces événements nous obligent à poser pour notre pays la question sociale et la question républicaine . Il est de la responsabilité de la gauche au pouvoir de continuer à lutter contre les inégalités sociales et à faire vivre la promesse républicaine, en promouvant la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité.

Le défi est colossal mais ensemble, élus municipaux, départementaux, régionaux et nationaux, nous sommes plus que jamais déterminés à le relever, fidèles à nos valeurs de justice et d’humanisme. Comme lors des manifestations du 11 janvier, les citoyens de la circonscription furent massivement présents à ces cérémonies de vœux, pour témoigner une nouvelle fois leur attachement aux institutions de la république et à la démocratie, représentative comme participative.

Aussi dramatique qu’il fut, ce début de l’année 2015 marquera peut-être un tournant pour la France, grâce à un sursaut républicain et citoyen et à un soutien nouveau de la communauté internationale. C’est le vœu que je formule pour 2015 et je sais que nous sommes nombreux à le partager et à le porter dans la circonscription.

Comme je l’indiquais plus haut, la musique adoucit les mœurs. Et elle sera de nouveau au rendez-vous pour les ultimes vœux dans la circonscription : à Lille Fives, ce jeudi à 18h30, avec cette fois ci la Fanfare de l’école Cornette !

 

Le Polder, un bol d’air à portée des Hellemmois

Ce vendredi j’étais invitée le temps d’une fin de journée à un Polder éphémère à l’espace des Acacias d’Hellemmes.

Mais de quoi s’agit-il concrètement? C’est un concentré d’un projet porté par des Hellemmois depuis quelques temps sur la commune. Il vise à la création d’un café citoyen et solidaire, mêlant la rencontre de publics différents et l’organisation de débats publics autour de sujets de société, économiques ou sociaux qui nous concernent tous.

Lors d’une soirée, plusieurs associations se sont regroupées pour aider à l’animation de cette soirée et présenter leurs activités. Grands et petits ont pu prendre un goûter en partageant la lecture d’un conte ou un jeu de société pendant que d’autres  débattaient sur la transition énergétique et les lobbies…. le programme s’est clôturée par un Fest Noz digne de ce nom!

J’ai tenue à y être présente afin de saluer les acteurs de cette initiative. Il nous faut saisir plus souvent l’occasion de créer des lieux de débats démocratiques partout dans la ville et pour tous.

 

 

L’Assemblée nationale rend hommage aux victimes des attentats

Ce mardi 13 janvier, la traditionnelle séance de questions au gouvernement a fait place à l’hommage de la représentation nationale aux victimes des attentats de la semaine passée.

Tour à tour se sont exprimés le Président de l’Assemblée nationale, les Présidents des différents groupes politiques et enfin le Premier ministre.

Tous ont rappelé que la semaine dernière, des êtres humains fanatisés ont assassiné des journalistes parce qu’ils étaient libres, ont abattu des policiers parce qu’ils étaient républicains, ont exécuté des citoyens parce qu’ils étaient juifs.

Nous avons collectivement exprimé toute la solidarité et la compassion de l’Assemblée nationale aux familles des victimes de ces assassinats.

Ces marionnettes de la tyrannie avaient un but : faire tomber sur la France une chape d’effroi, pour que plus rien ne soit possible, si ce n’est la peur. Ils avaient un moyen : abolir le sentiment de fraternité, pour que, désormais nous ne voyions aujourd’hui dans l’autre qu’un objet de méfiance, et demain un objet de haine.

Samedi et dimanche, partout en France, notre peuple a au contraire montré aux barbares du monde entier que la République demeurait debout.

« Articles plus anciens